Retour à l'Accueil

Accès client, les services, les tarifs ...
 
     
  Test  
     
 

Atout recrutement

Un outil essentiel pour gérer votre carrière

>>>Passer le test


 
     
     
  Mon Alvé-job  
     
 
 
     
     
  Librairie emploi  
     
 

Sélection du Rucher

à découvrir ...

 
     
     
  Test  
     
 

Tester votre QI

Mesurez votre "intelligence"

 >>>Passer le test

 
     

 

 
     
 
Interview de Julien Genin, de l’Association Congé Solidaire.
 
     
 

Pouvez-vous nous présenter en quelques mots votre association et ses objectifs ?
Quelles sont ses actions ?
Est-ce que vous avez beaucoup de demande provenant des salariés ? Quelles sont leurs motivations ?
Quelles difficultés peuvent rencontrer les candidats au quotidien ?
Est-ce que vous opérez une sélection des candidats ? De quelle manière ?
Est-ce que beaucoup d'entreprises vous sollicitent pour devenir partenaire ? Quelles sont leurs motivations ?
Quels profils recherchez-vous de manière générale ? Est-ce que les missions sont ouvertes à tout le monde ? manière ?
Quels conseils ou quelles remarques pourriez-vous faire à des salariés souhaitant participer à une mission dans le cadre du congé solidaire ?

 
     
 

Julien GENIN nous présente l'association Congé Solidaire qui oeuvre pour la mise en place d'une coopération active entre le monde de l'entreprise et celui de la solidarité internationale.


Pouvez-vous nous présenter en quelques mots votre association et ses objectifs ?

Il s'agit d'une association créée il y a deux ans et qui a pour objectif de permettre aux salariés de s'engager dans une démarche de solidarité internationale et de partir pour travailler sur des projets de courte durée: entre 15 jours et 1 mois, 1 mois ½ selon le projet et la destination.


Quelles sont ses actions ?

Nos actions portent sur des projets de proximité développés par la population locale réunie en association ou en ONG. Ces projets, qui peuvent, selon les cas, être financés en partie ou en totalité par l'employeur, sont transmis au siège à Paris qui les examine.

Ils s'articulent autours de 3 grands thèmes:

  • La formation pour adulte dans des domaines aussi divers que l'informatique, la comptabilité ou encore la couture…

  • L'animation d'ateliers sur le thème de l'éducation, du sport ou encore de la culture, auprès des jeunes et des enfants.

  • L'aide à la création et au développement de micros-entreprises et l'animation d'un centre communautaire polyvalent qui permettent aux entreprises d'avoir accès aux ordinateurs, aux différents moyens de communication comme le fax ou Internet.

Ces missions s'effectuent pour le moment sur 5 zones géographiques: le Mali, la Tanzanie, Djibouti, le Liban et les Balkans. Mais nous prévoyons une ouverture au second semestre 2002 à d'autres régions telles que le Congo, l'Inde ou encore l'Afghanistan.

Les volontaires salariés mettent ainsi à profit leurs congés pour participer et faire avancer une action humanitaire. Les missions sont essentiellement financées par l'employeur. Le fond de roulement de l'association s'effectue sur ce principe.


Est-ce que vous avez beaucoup de demandes provenant des salariés ? Quelles sont leurs motivations ? 

Nous recevons pas mal de demande de salariés. Notre base de donnée s'étend des personnes qui téléphonent seulement pour avoir quelques informations à ceux qui partent effectivement. Cela se chiffre à plus de 3000 contacts en un peu plus de deux ans. Durant l'année 2000, 80 personnes sont parties, en 2001, 120 et en 2002 nous prévoyons entre 160 et 200 départs.

Les motivations des salariés sont multiples. Ils peuvent avoir le désir de se former, de se rendre compte de la manière dont vivent les habitants des pays du Sud. Ou ils peuvent tout simplement ressentir le réflexe ou le besoin d'aider et de participer à une action tangible, sur le terrain.


Quelles difficultés peuvent rencontrer les candidats au quotidien ?

Sur place, les salariés rencontrent peu de difficultés. Ils ne sont pas "lâchés" comme ça dans la nature. Nous avons tout un panel de personnels qui encadrent les volontaires. Ce qui fait que les missions se passent très bien en général.


Est-ce que vous opérez une sélection des candidats ? De quelle manière ?

Oui, nous opérons une sorte de sélection pour déterminer les bons profils qui correspondent le mieux au type de missions envisagées. Nous avons au siège deux chargés de missions qui sont en contact avec les candidats au départ. Ils les "jaugent" pour déterminer si leurs compétences collent avec les fiches projets que nous préparons. Deux mois avant le départ, ils ont des relations régulières avec les candidats pour juger de leur fiabilité.

Juste avant le départ, le candidat doit participer à trois journées de formation:

  • Les deux premières journées sont consacrées à la formation interculturelles et au développement.

  • La dernière journée est dédiée à la préparation du départ avec des permanents de l'association. Elle est axée plus particulièrement sur le projet avec une présentation approfondie de la mission. Elle est suivie d'un entretien individuel et de la préparation de toutes les formalités administratives.

Il peut arriver au terme de ces journées de formation, que l'on s'aperçoive qu'une personne ne convient pas. Mais les rejets sont très rares à ce stade.


Est-ce que beaucoup d'entreprises vous sollicitent pour devenir partenaire ? Quelles sont leurs motivations ?

Nous possédons une quarantaine d'entreprises partenaires qui vont de la grosse société à la petite structure associative en passant par les PME. Être partenaire de notre association est, notamment, fiscalement intéressant. Comme pour tous dons à une association, c'est déductible des impôts.

Ensuite, cela peut permettre de mobiliser les salariés autours de projets communs. Cela concourt à faire rencontrer des personnes de la même entreprise qui n'ont pas forcément de contact entre eux, soit parce qu'ils ne travaillent pas dans le même service, soit parce qu'il y a une distance à cause des liens hiérarchiques. De plus, les salariés ont l'impression de travailler pour une entreprise engagée et cela renforce la cohésion et leur épanouissement personnel au sein et en dehors de la société. Cela leur apporte aussi une expérience supplémentaire non négligeable pour la société.


Quel genre de profils recherchez-vous de manière générale? Est-ce que les missions sont ouvertes à tout le monde ?

Les volontaires sont sélectionnés tout autant sur leurs compétences personnelles que professionnelles. Les missions ne sont pas réservées à des personnes possédant des aptitudes spécifiques ou pointues. Bien sûr, il arrive que pour des projets particuliers nous ayons besoin de profils bien caractéristiques. Mais de manière générale, les capacités requises sont très "communes": il s'agit le plus souvent de connaître et de former les populations aux outils bureautiques de base, de faire de l'animation…


Quels conseils ou quelles remarques pourriez-vous faire à des salariés souhaitant participer à une mission dans le cadre du congé solidaire ?

Dans un premier temps, de nous contacter! Nous souhaitons montrer aux gens qu'il est possible de partir, d'aider autrement qu'en faisant des dons, même si c'est déjà très bien. La possibilité leur est offerte de travailler aussi sur le terrain sans s'engager 6 mois, qui est une période assez longue, auprès d'une grosse structure qui n'est pas forcément accessible pour tous. C'est à ça que se propose de remédier l'association Congé Solidaire.


Merci, Monsieur Genin, d'avoir répondu à nos questions.


Pour en savoir plus sur L’Association Congé Solidaire :

http://www.congesolidaire.org
mail : congesolidaire@congesolidaire.org
78, avenue de la République, 75011 Paris.
Tel. : 01.49.29.89.99
Fax.: 01.49.29.89.98



 

Accueil
du Rucher
Copyright 2009 © Activit@e Emploi ®
Tous droits réservés
www.lerucher.com - Contact

haut de
la page